Santé mentale des salariés : enjeux et conseils

Dans le cadre du mois de la Fidélisation des talents, nous nous intéressons dans cet article aux sujets de la santé mentale au travail et des risques psychosociaux. Pour fidéliser les salariés, il est avant tout essentiel de prendre soin de leur bien-être, et cela passe notamment par une bonne santé mentale. Il est évident qu’un salarié heureux sera beaucoup plus productif qu’un salarié en souffrance. Il est donc aujourd’hui fondamental de mettre en place une politique de prévention des risques psychosociaux.

Fortify explore dans cet article les enjeux liés à la Qualité de Vie au travail et à la préservation mentale de vos collaborateurs. Quels sont les facteurs de risque pouvant impacter la santé mentale de vos salariés ? Comment prendre soin de la santé psychique de vos équipes ? Décryptage.

Santé mentale : définition

L’OMS définit la santé mentale comme un « état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive, et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté ». La santé mentale représente ainsi bien plus que l’absence de troubles mentaux. C’est un prérequis indispensable au bon déroulement des activités quotidiennes. A ce titre, la santé mentale est un véritable enjeu de santé publique.

Les manifestations les plus courantes d’une santé mentale mise à mal sont : le stress, l’anxiété, la nervosité, la fatigue, les troubles du sommeil, et dans les cas les plus grave une dépression, un burn-out ou encore un bore-out.

Zoom sur les RPS (Risques psychosociaux)

RPS : définition

La santé mentale est fortement liée aux RPS. Les risques psychosociaux sont définis comme « un risque pour la santé physique et mentale des travailleurs ». Ils peuvent concerner les entreprises de toute taille et secteur d’activité.

RPS : principales causes

Les RPS peuvent être causés par divers facteurs :

  • Exigences liées au travail : surcharge de travail, intensification des horaires…
  • Exigences émotionnelles : contacts difficiles, nécessité de masquer ses émotions, violences physiques ou verbales…
  • Manque d’autonomie : faible marge de manœuvre, contrainte de rythme, sous exploitation des compétences…
  • Difficultés relationnelles (interne ou externe) : conflits, tensions, harcèlement, agressions, violence verbale ou physique…
  • L’insécurité liée aux travail : précarité d’un contrat, retard dans les versements des salaires, insécurité socio-économique…

RPS : conséquences

Les conséquences des RPS en entreprise touchent deux aspects :

  • Impact sur la santé :

Les RPS peuvent se traduire par l’expression d’un mal-être ou d’une souffrance au travail, des conduits addictives. Une dégradation de la santé physique et mentale peut alors se produire (troubles musculo-squelettiques, maladies cardiovasculaires, troubles de santé mentale…)

  • Impact sur l’entreprise :

Les RPS peuvent provoquer une augmentation de l’absentéisme, un turnover élevé, des problèmes de discipline, des accidents de travail, des conflits, une dégradation du climat social ou encore une atteinte à l’image de l‘entreprise.

La santé mentale au travail : une problématique fondamentale

Burnout

Selon l’OMS, 1 personne sur 4 dans le monde pourrait être affectée par une pathologie psychique au cours de sa vie. Le sujet reste pourtant tabou, en particulier dans la sphère professionnelle. La crise sanitaire a cependant changé la donne. En effet, la pandémie a placé un grand nombre de collaborateurs en situation de détresse psychologie. Les cas d’anxiété et de dépression sont en hausse de 25 % dans le monde en raison de la pandémie de COVID-19 selon l’OMS.

Le Covid a ainsi joué un rôle d’accélérateur de conscience, notamment pour les employeurs qui ont vu la santé de leurs salariés mise à mal (stress, burnout…). Ainsi, les entreprises s’intéressent aujourd’hui de plus en plus aux problématiques de santé mentale et de prévention des RPS.

Selon un sondage réalisé par Opinionway pour Psychodon, 3 salariés du privé sur 4 considèrent que leur employeur est le garant de leur santé mentale. D’après une étude de la Dares, publiée en novembre 2016 sur les conditions de travail et la santé au travail :

  • 31% des actifs occupés déclarent devoir cacher ou maîtriser leurs émotions.
  • 47% des actifs occupés estiment qu’ils doivent « toujours » ou « souvent » se dépêcher dans leur travail.
  • Au moins 64% des actifs occupés déclarent être soumis à un travail intense ou subir des pressions temporelles.
  • Enfin, 64% des actifs occupés déclarent manquer d’autonomie dans leur travail.

Pourquoi prendre soin de la santé mentale de vos salariés ?

Une obligation légale pour les employeurs

Tout d’abord, il faut rappeler que la prévention des risques psychosociaux est une obligation légale. Les employeurs ont le devoir d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés comme l’expliquent les articles L 4121-1 à 5 du code du travail. Ces dispositions impliquent :

  • des actions de prévention des risques professionnels,
  • des actions d’information et de formation
  • la mise en place d’une organisation et des moyens adaptés

L’employeur a également une obligation de prévention des agissements de harcèlement moral, des agissements de harcèlement sexuel et des comportements « violents »

Il s’agit d’une véritable obligation de résultat pour l’employeur. Celui-ci doit mettre en place des actions concrètes pour protéger la santé mentale de ses collaborateurs. L’entreprise doit être infaillible, au risque d’engager sa responsabilité.

Un facteur de performance pour l’entreprise

De nombreux aspects peuvent nuire au bien être mental des salariés et perturber leur organisation : inadaptation des salariés à leur poste (sur ou sous qualification), surcharge de travail, horaires non adaptés, missions mal définies, manque d’équilibre vie professionnelle-vie personnelle, manque de sens, d’autonomie etc…

Les conséquences des RPS peuvent alors s’avérer délétères pour les entreprises. Une santé mentale mise à mal peut en effet provoquer une baisse de la concentration et de la productivité, un désengagement, de l’absentéisme voire une dégradation du climat social. 

D’après une étude du cabinet Mozart Consulting et Apicil, le coût moyen du mal-être au travail représenterait 14 310 € par salarié et par an. A l’inverse, les entreprises qui prennent soin de la santé mentale de leurs salariés, seraient plus performantes que la concurrence.

Une marque employeur valorisée

Une bonne Qualité de vie au travail est aujourd’hui essentielle pour engager et fidéliser les salariés. Ce bien être passe notamment par la mise en place d’actions visant à protéger la santé mentale des salariés. Une politique de QVT efficace sera un véritable atout pour attirer et fidéliser les employés, notamment dans un contexte de crise sanitaire et de guerre des talents.

5 moyens de prendre soin de la santé mentale de vos collaborateurs

santé mentale des salariés

1. Libérer la parole sur le sujet de la santé mentale

La santé mentale en entreprise a longtemps été un sujet tabou. Dans ce contexte, il peut être complexe pour les employeurs d’identifier la souffrance de leurs collaborateurs. C’est pourquoi, le sujet de la santé mentale doit être normalisé et la parole libérée. Il existe plusieurs moyens de sensibiliser les collaborateurs sur le sujet. Cela peut être via une newsletter interne, une application, des réunions d’information… Des enquêtes internes peuvent également être instaurées.

Certaines startups et entreprises innovantes place la QVT au centre de leurs préoccupations en créant un poste dédié au bien-être des collaborateurs, le Chief Happiness Officier — CHO — ou Responsable « qualité de vie au travail ».

2. Adopter des outils de prévention

Pour prévenir les éventuels problèmes de santé mentale, il existe des outils destinés à détecter et évaluer les facteurs de RPS.

Le DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels) est un outil obligatoire pour tout entreprise. L'employeur consigne dans ce document le résultat de l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité auxquels peuvent être exposés les salariés.

Dans ce document, l’ensemble des situations et activités de travail comportant des risques psychosociaux doit être identifié et analysé. La démarche de prévention des RPS doit être structurée en plusieurs étapes : préparation, diagnostic RPS, construction et mise en œuvre d’un plan d’actions, évaluation.

Il est important de compléter cet outil par des dispositifs d’écoute, des questionnaires, d’enquêtes et de sondages internes permettant aux salariés d’exprimer leurs besoins et ressentis.

3. Former les managers aux problématiques de santé mentale

Il est indispensable que les encadrants soient formés et sensibilisés aux problématiques de santé mentale. Les managers doivent ainsi développer leur empathie, leur intelligence émotionnelle et leur capacité d’écoute active pour que les salariés se sentent assez en confiance pour exprimer leur ressenti. La bienveillance, la transparence, le droit à l’erreur et la reconnaissance sont également essentiels pour que le salarié se sente à l’aise.

Par ailleurs, les managers doivent être en capacité de détecter les signaux faibles (isolement, sautes d’humeur, nervosité, micro absentéisme… etc.) puis d’orienter les salariés en détresse vers des solutions adaptées (médecine du travail, psychologue d’entreprise, ligne d’écoute, formations… etc.).

4. Mettre en place des actions concrètes favorisant la QVT

Pour améliorer le bien-être en entreprise, il existe de nombreuses actions concrètes à mettre en place. On peut citer par exemple :

  • Un aménagement innovant des espaces de travail (flex office, espaces de détente…)
  • Des dispositifs pour favoriser l’équilibre vie professionnelle – vie personnelle (télétravail, flexibilité des horaires…)
  • Des ateliers de bien-être (sophrologie, yoga, sport, développement personnel…)

Par ailleurs, il est important de sensibiliser l'ensemble du personnel aux problématiques de santé mentale et d'instaurer un climat de bienveillance au sein de l'entreprise. Pour cela vous pouvez mettre en place :

  • Des formations « Premiers secours en Santé mentale » pour apprendre aux salariés à repérer, comprendre et gérer les crises de santé mentale que leurs collègues pourraient traverser
  • Des formations pour sensibiliser et déconstruire les clichés autour de la santé mentale

5. Accompagner les collaborateurs en situation de souffrance psychique

En plus des mesures de prévention, il est indispensable d’instaurer des dispositifs dédiés à l’accompagnement des collaborateurs en situation de souffrance psychique.

Les entreprises commencent petit à petit à s’emparer de la problématique de santé mentale et proposent des dispositifs spécifiques pour aider les salariés en détresse. Selon une étude Opinionway pour Psychodon, 32 % des salariés interrogés souhaiteraient que leur employeur propose des consultations avec un psychologue d’entreprise et 13 % voudraient que leur société ouvre une ligne téléphonique d’urgence.

Pour répondre à ce besoin, les entreprises mettent en place des dispositifs dédiés à la santé mentale. Voici quelques exemples :

  • une assistance psychologique gratuite et anonyme par téléphone à disposition des collaborateurs notamment en cas de crise (Covid, rachat d’entreprise…)
  • une application de soutien psychologique qui permet aux salariés de bénéficier d'un programme et d’un accompagnement personnalisé comme celle de l’assureur Alan 
  • une prise en charge d’un certain nombre de consultations de psychologie pour les salariés qui en ont besoin

Des startups telles que Upfeel.io, MindDay, ou encore Teale s’emparent peu à peu du sujet de la santé mentale. De nombreuses solutions innovantes devraient prochainement se développer dans les mois à venir. Fortify suivra de très près ces innovations !

En bref

La crise sanitaire a mis à rude épreuve le moral des collaborateurs et a fait naitre une forte attente sur le bien-être au travail. Pourtant, moins d’un tiers des entreprises mettent à disposition de leurs employés des ressources destinées à préserver leur santé mentale. De nombreuses solutions sont pourtant à leur disposition pour favoriser le bien-être des collaborateurs et les accompagner dans les périodes difficiles.

Notre équipe Conseil & Audit peut vous accompagner sur le sujet de l’expérience collaborateur. Echangeons ensemble !

Nouveau call-to-action

 

 

Laissez un commentaire